Le temps de l'Avent est important. Voici un texte qui peut nous permettre de méditer.
Amicales pensées vincentiennes.
Liliane Gens

 

DIEU,

 

  • Tu as choisi de te faire attendre tout le temps d’un Avent.
  • Moi, je n’aime pas attendre dans les files d’attente,
  • Je n’aime pas attendre mon tour. Je n’aime pas attendre le train.
  • Je n’aime pas attendre pour juger. Je n’aime pas attendre le moment.
  • Je n’aime pas attendre un autre jour. Je n’aime pas attendre parce que je n’ai pas le temps et que je ne vis que dans l’instant
  • Tu le sais bien d’ailleurs, tout est fait pour m’éviter l’attente : les cartes bleues et les libres-services,
  • Les ventes à crédit et les distributeurs automatiques, les téléphones et les photos à développement instantané, les ordinateurs, la télévision et les flashes à la radio …
  • Je n’ai pas besoin d’attendre les nouvelles : elles me précèdent.
  • Mais toi, DIEU, tu as choisi de te faire attendre le temps de tout un Avent.
  • Parce que tu as fait de l’attente l’espace de la conversion, le face à face avec ce qui est caché, l’usure qui ne s’use pas.
  • L’attente, seulement l’attente, l’attente de l’attente, l’intimité avec l’attente qui est en nous.
  • Parce que seule l’attente réveille l’attention et que seule l’attention est capable d’aimer.
  • Tout est déjà donné dans l’attente, et pour toi, DIEU, attendre se conjugue PRIER.

 

  • JEAN DEBRUYNNE – prêtre et poète (1925-2006)

ob_9796d9_4em-bougie-de-l-avent-2014